Tag Archives: copic

Coloration – comment corriger des couleurs trop saturées

Souvent, lorsque l’on colore avec les feutres Copic, il arrive d’utiliser des couleurs un peu trop saturées (surtout si on n’a pas les couleurs que l’on imagine pour le dessin). Il est facile de corriger ces tonalités avec l’ordinateur, mais comment faire si on ne dispose pas de logiciels et sans devoir acheter des dizaines de feutres ? Voyons ça ensemble.

Foto 08-03-15 18 04 48

Ce personnage a la peau bleue, couleur qui est en soi très vive. Voyons comment diminuer la saturation de cette couleur.

Je vous rappelle que l’un des atouts d’un feutre Copic est d’être superposable. Afin d’obtenir des ombres ou des lumières, vous n’avez pas besoin d’utiliser la même couleur, on peut obtenir de très beaux effets en superposant des couleurs qui nous paraîtraient très éloignés.

Commençons par une technique qui va rendre la peau moins bleutée. On prend le C3, un gris froid, et on le passe sur toutes les zones où l’on avait appliqué une ombre.

Foto 08-03-15 18 05 17 Foto 08-03-15 18 06 15

Une fois cette étape terminée, je prends le W5. Il s’agit toujours d’un gris, mais cette fois d’un gris chaud, qui va créer un agréable contraste avec le bleu de la peau. Je passe le W5 sur les zones où j’avais marqué des ombres, mais en réalisant des ombres plus petites et marquées.

Foto 08-03-15 18 07 59  Foto 08-03-15 18 08 22 (1)

La main en premier plan est terminée. Vous voyez la différence par rapport au visage et à l’autre main ?

Foto 08-03-15 18 10 00

Voyons comment paraît le personnage après avoir diminué la saturation à l’aide des feutres C3 et W5 :

Foto 08-03-15 18 20 18

Les feutres C3 et W5 se mélangent très bien avec n’importe quelle couleur, voilà pourquoi je les utilise dans toutes mes illustrations. Continuons avec les cheveux :

Foto 11-03-15 08 58 55

La couleur de base des cheveux n’étant pas très saturée, ici on remarque peu l’effet du C3 ou du W5. En revanche, pour le T-shirt je n’avais que des couleurs très vives, donc voilà le résultat :

Foto 11-03-15 09 17 17  Foto 11-03-15 09 22 40Avant                                                                    Après avoir utilisé le C3 et le W5

Comme vous pouvez l’observer, dans ce cas la différence est remarquable. On va continuer avec la veste du personnage :

Foto 11-03-15 09 53 19  Foto 11-03-15 10 17 16

Dans ce cas aussi, en utilisant le C3 et le W5 on change véritablement d’atmosphère.

Je vous dis au revoir avec l’illustration terminée avec quelques effets numériques. Amusez-vous bien !

Sokar_5

Elena Toma

Colorer un personnage

Coucou tout le monde ! Aujourd’hui je vais vous montrer la technique que j’utilise pour colorer avec les feutres Copic Ciao. Ils sont super et très faciles à utiliser et nuancer. Tout d’abord, une fois le dessin fini et encré, choisissez la couleur dominante (par exemple, ici j’ai choisi le rose/violet)

1) Je fais une photocopie du dessin sur du papier épais et je choisis les couleurs que je vais utiliser
0110961863_10206182610315169_849990154_n

2) En général, je commence en colorant la peau avec le E0002
3) La lumière vient de gauche. Voilà pourquoi j’ai laissé des parties blanches sur la peau, en suivant la lumière.
03

4) Je continue en rajoutant les ombres (de la plus claire à la plus foncée). RV10, R20, V12.
05

5) Je continue en mélangeant le BV00 et l’RV02 sur les ailes
06
6) Pour la robe, j’ai utilisé le V04, mélangé avec le V06
07

7) Pour les cheveux, j’ai utilisé un RV02 pour la base (rose clair), un RV04 pour les nuances et les effets de lumière et un BV00 pour les mèches plus foncées.
08

8) J’ai rajouté les derniers détails et voilà le dessin fini !09

À bientôt !
:D
Antonella Capolupo

Copic : la peau (2/2)

Pour des ombres plus nettes, laissez sécher la couleur de base
Pour réaliser cette ombre on a laissé sécher les couleurs

Dans la première partie du tutoriel on a vu comment réaliser la peau en mélangeant les couleurs encore fraîches. Cependant, on peut également obtenir des effets intéressants en laissant sécher la couleur.
Cela nous permet d’obtenir des ombres plus nettes (comme dans la photo sur la gauche), mais non seulement. Alors que dans la première partie du tutoriel nous avons d’abord créé une couche de couleur et ensuite rajouté les ombres, il est possible de faire l’envers.

Le même procedé est utilisé pour la main du garçon
Le même procedé est utilisé pour la main du garçon
On peut commencer par les ombres et ensuite rajouter de la couleur
On peut commencer par les ombres et ensuite rajouter de la couleur

En effet (photo sur la droite), on peut aussi commencer avec les ombres et rajouter d’autres couches de couleur par la suite. C’était ce que l’on avait fait pour la peau du garçon, en rajoutant une couche de E00 pour atténuer le contraste de la peau. Ici, nous avons fait la même chose pour réaliser la main de la fille : nous utilisons la même couleur (E00), mais nous commençons par les ombres pour y superposer par la suite une autre couche plus large. Ainsi, nous obtenons des ombres sans changer de feutre. En laissant sécher la couleur, vous obtiendrez des ombres plus nettes.

Une couleur plus vivace pour les joues
Une couleur plus vivace pour les joues
Nous utilisons la même couleur pour les lèvres
Nous utilisons la même couleur pour les lèvres

Il ne faut pas oublier que les illustrations perdent en saturation une fois numérisées. Ainsi, si vous voulez ajouter des nuances, par exemple du rose pour les joues, n’hésitez pas à utiliser une couleur bien vive. Ici, nous avons utilisé une couleur de la gamme R afin de faire ressortir les joues. Si la couleur de base est déjà sèche et que vous ne voulez pas que ces éléments se détachent trop du reste de la peau, vous pouvez passer du blender avant ou une autre couche légère avec la couleur de base (dans ce cas, E00). Vous pouvez également l’utiliser après, afin de mieux mélanger les couleurs. Dans les deux cas, une autre couche de couleur rendra la peau plus saturée et sombre, donc faites attention à ne pas exagérer.

Voilà le résultat de ces deux tutoriels sur la peau. N’hésitez pas à tester plusieurs façons de colorer et de mélanger ces feutres. Bon courage !

peau019
La peau finie
Le dessin fini
Le dessin fini

Le personnel de MangaTools

Copic : la peau (1/2)

Testez les couleurs sur une feuille de papier
Testez les couleurs sur une feuille de papier

La première étape pour la coloration, une fois le dessin fini, c’est de l’encrer et d’en faire une copie (photocopieuse laser) sur une feuille adaptée. Vous pouvez aussi l’encrer directement sur la feuille à l’aide de feutres spécialisés (plus d’informations). Il est important de choisir un bon support, car autrement la couleur pourrait s’étaler sur la feuille ou emporter une partie d’encre et tacher votre feutre. Une fois votre dessin encré, procédez à un test des couleurs. En effet, les bouchons des feutres ne représentent pas toujours fidèlement les couleurs et ces dernières changent une fois sèches. De plus, effectuer ce test rapide vous permettra aussi de choisir les bonnes couleurs à associer : certaines couleurs ne se mélangent pas trop bien et on peut avoir l’impression que l’une « mange » un peu l’autre. Ainsi, il vaut mieux essayer avant de colorer sur la bonne feuille. Vous pouvez également reproduire votre dessin en petit pour choisir les tonalités générales de l’illustration. Ici, nous avons choisi des tonalités E (earth) pour la peau, mais vous pouvez aussi mélanger la base E (par exemple l’E50) avec des tonalités R (red) plus foncées (R00, R11, YR00) afin d’obtenir un visage plus rose.

Couvrez la partie du dessin que vous voulez colorer avec le blender
Couvrez la partie du dessin que vous voulez colorer avec le blender

La coloration de ce dessin a été faite en plusieurs étapes : une nuance de base créée lors que la couleur était encore fraîche et des ombres plus nettes ajoutées une fois la couleur séchée.
Afin d’obtenir une belle nuance pour la peau, il vaut mieux séparer le corps en plusieurs parties : en effet, cela permet d’avoir toujours une couleur fraîche. De plus, vous pouvez commencer avec une base de blender. Ce feutre incolore vous permet d’avoir une base humide sur laquelle étaler votre couleur, pour un résultat plus homogène et des nuances vers le blanc (attention, lorsqu’il est humide le blender peut sembler gris, mais cette couleur disparaîtra par la suite). C’est ce que nous faisons ici, car le blanc est une composante essentielle dans la coloration en stile manga.

Une couche de couleur claire et ensuite une couleur sombre
Une couche de couleur claire et ensuite une couleur sombre

Une fois la couche de blender préparée, nous commençons tout de suite à colorer notre visage. Pour ce faire, nous avons tout d’abord établi la direction et la source de la lumière (très important, les ombres ne doivent pas être casuelles). Ensuite, nous avons utilisé la pointe pinceau du feutre E50. Cette couleur est une base idéale pour la peau. Comme notre personnage a la peau un peu foncée, nous avons rajoutée (sur le E50 encore frais) une petite couche de E11.

Pour des ombres plus nettes, laissez sécher la couleur de base
Pour des ombres plus nettes, laissez sécher la couleur de base

Lorsque la couleur de base est encore fraiche, la nuance paraît naturelle, ce qui nous permet de créer une peau plus tridimensionnelle. En revanche, lorsque nous avons voulu créer une ombre plus nette, nous avons laissé sécher la base pour rajouter de la couleur. Les feutres Copic sont à base d’alcool, ce qui nous permet d’augmenter la saturation des couleurs en rajoutant des couches (et d’obtenir ainsi des ombres en utilisant toujours la même couleur). Ici, nous avons inséré une pointe de E33 tout de suite nuancée par l’E11 (car le contraste entre la couleur très foncée de l’E33 et celle de la base aurait été trop fort).

Procédez par étapes !
Procédez par étapes !

Le visage dans l’image est presque fini, nous ajouterons par la suite une couche d’E00 (couleur très claire) afin de mieux nuancer la couleur vive de la peau et le blanc. Rappelez-vous que la scansion des dessins colorés avec les feutres Copic est souvent moins vive que l’original ; ainsi, il est important de bien saturer l’illustration.

Après la base d'E50, on rajoute de l'E11 pour définir les muscles
Après la base d’E50, on rajoute de l’E11 pour définir les muscles

Une fois le visage fini, nous avons continué avec le torse, toujours en commençant par une base de blender (dans la photo de gauche vous pouvez voir l’effet de gris sur le torse, mais qui a disparu du visage) et en rajoutant des couches de couleur lorsque la base était encore humide. Cela est d’autant plus important pour les pectoraux, car une ombre nette pourrait paraître étrange.

Les muscles sont définis simplement à travers la couleur
Les muscles sont définis simplement à travers la couleur

Dans ce cas, il vaut mieux travailler pendant que la base (E50) est encore humide. Ici, la coloration nous permet de ne pas tout marquer à l’encre (définir tous les muscles à la plume rendrait notre personnage un peu exagéré), mais d’obtenir quand-même un effet de relief très important rien qu’avec la couleur.

Pour ajouter une ombre qui se sépare nettement de la base, attendez que cette dernière soit sèche
Pour ajouter une ombre qui se sépare nettement de la base, attendez que cette dernière soit sèche

N’oubliez pas de regarder des images de référence lorsque vous colorez, pour être sûrs de bien placer les ombres. Ici (photo à gauche), nous avons défini les abdominaux hauts simplement avec un contraste d’ombres et lumières. Nous ajouterons par la suite d’autres couches de couleur.

La coloration en trois phases
La coloration en trois phases

Pour la fille qui apparaît dans l’illustration, nous avons choisi une autre couleur de base (le E00), car sa peau doit apparaître légèrement plus opaque que celle du garçon.

Avec le blender on nuance une partie de la peau qui s'approchera du blanc
Avec le blender on nuance une partie de la peau qui s’approchera du blanc

Dans la photo de gauche vous pouvez observer la coloration en trois phases du visage : une fois le blender passé sur la feuille, nous ajoutons une couche claire (E00), puis des touches plus sombres (E11) qui sont tout de suite reprises avec la base claire (E00). Sur la droite, vous pouvez observer comment le blender est utilisé afin de nuancer la couleur de base (E00) avec le blanc. Une fois les couleurs sèches, on verra le rose clair de la peau s’éclairer progressivement.

Vous pouvez rajouter une couche légère de couleur afin d'unir la peau
Vous pouvez rajouter une couche légère de couleur afin d’unir la peau

Nous concluons ici cette première partie du tutoriel, suivez-nous sur la page Facebook de l’Académie pour être au courant de nos mises à jour.

N’hésitez pas à nous envoyer vos résultats afin d’avoir des conseils de nos enseignants et collaborateurs. Amusez-vous bien avec les feutres Copic !

Le personnel de MangaTools

Copic : papier et feutres

Papier et feutres
Papier et feutres

Aujourd’hui nous vous présentons deux produits pour la coloration avec les feutres Copic : il s’agit du papier et des feutres Multiliner.

Brouillon
La finesse de ces feuilles vous permet de voir le brouillon posé en dessous de la feuille

Ce bloc de papier a été spécialement conçu par la société de papeterie Favini pour la coloration avec les feutres Copic. En effet, si la plupart des feuilles pour la coloration sont très épaisses, ce bloc présente 50 feuilles extrêmement fines. Cela vous permet de voir votre dessin et de le calquer directement sur la feuille sans besoin d’utiliser une table lumineuse. La finesse des feuilles n’entrave pas une bonne coloration : contrairement aux feuilles traditionnelles qui présenteraient la même épaisseur, celles-ci ne laissent pas la couleur déborder et vous permettent de colorer en toute tranquillité.

Utilisez les feutres pour votre lineart
Utilisez les feutres pour votre lineart

En utilisant des feuilles si fines, on n’a pas nécessairement besoin de refaire le dessin au crayon avant de le calquer (mais si vous n’êtes pas sûrs, n’hésitez pas à le faire). Ainsi, on peut passer rapidement à l’utilisation des feutres Multiliner pour rendre la lineart sur la feuille de coloration.

Changez de feutre pour varier le trait de votre dessin
Changez de feutre pour varier le trait de votre dessin
Le verso du papier
Le verso du papier

Ces feutres, de la marque Copic, résistent à l’alcool présent dans les feutres pour la coloration.  De plus, ils sont vendus en différentes tailles (les pointes vont de 0.05mm à 1mm) et couleurs (noir, sépia). Ainsi, vous pourrez adapter la taille de la pointe pour effectuer des traits plus fins pour les cheveux et les plis des vêtements et des traits plus épais en correspondance des ombres et des traits principaux.

Le résultat final sera aussi visible dans le verso du papier, ce qui vous permettra de mieux observer d’éventuelles erreurs à corriger.

Le dessin fini
Le dessin fini

Le matériel

Faut-il disposer d’un matériel particulier pour dessiner un manga ? Pourquoi ? Lequel ? Et comment le trouver en dehors du Japon ? Nous essayons ici de répondre de façon concise mais précise à ces questions.

Premièrement, oui, pour dessiner un manga il faut utiliser un matériel précis, car il s’agit d’un art avec des traditions et des règles bien ancrées, notamment au niveau de la technique. Plusieurs contraintes (notamment au niveau économique) font qu’aujourd’hui, en France, cet aspect technique sous sous-estimé et qu’on essaie souvent de substituer le matériel japonais par du matériel européen. Est-ce un problème ? Pourquoi ?
Pour répondre à ces questions, observons les différentes phases de réalisation d’un manga.

Dessiner au crayon
Première étape : le croquis
Le brouillon

Quand vous dessinez des croquis, l’important c’est que vous soyez à l’aise. Personne ne vous imposera un crayon 2B plutôt qu’un HB, car cela dépend de votre main (trait lourd/léger, beaucoup de traits/peu de traits, etc.). Vous pouvez utiliser un criterium ou un crayon graphite. Dans notre académie, nous fournissons aux étudiants un criterium tout simplement car il représente un gain de temps et que la mine a toujours la même épaisseur, mais tout étudiant est libre de choisir ce qu’il préfère.
Le papier dépend aussi de vous : des blocs avec des feuilles plus légères vous permettront de calquer les brouillons pour obtenir des dessins plus propres, mais des feuilles plus épaisses sont tout aussi valables.
Si vous ne souhaitez pas aller au delà de la feuille et du crayon, le reste de l’article ne vous sera pas utile.

Encres noires
L’encre est un des éléments les plus importants !
L’encrage

Un des éléments principaux dans la technique manga est l’encrage, qui demande l’utilisation d’un matériel précis. En effet, dans le manga on encre à la plume. Ces deux éléments, tout comme le papier qu’on utilise pour les planches et illustrations, sont extrêmement importants. Aucun feutre (pour fin qu’il puisse être) ne vous donnera le même effet qu’une plume pour manga, tout comme aucune plume ou encre pour calligraphie européenne ne seront adaptées.
Pourquoi on ne peut pas substituer ces éléments ? Car ils sont conçus ensemble. Le papier manga a non seulement un format, mais un grammage particulier et il est fait exprès pour que la plume glisse le plus naturellement possible sur sa superficie.

Quel matériel faut-il avoir pour encrer ?

Plumes
La plume « Maru »

• Les plumes. Il y a dans le commerce plusieurs marques (Nikko, Tachikawa et Zebra étant les principales), proposant chacune différents modèles de plumes. Les trois plumes de base s’appellent « G-pen », « Maru-pen » et « Saji-pen ».

Porte plume Tachikawa
Porte-plume avec support en gomme

Les porte-plumes. Plusieurs modèles existent aussi pour les porte-plumes : universels, utilisables seulement avec un type de plume (Maru / les autres), avec support en gomme ergonomique, sans support, plus longs, plus fins, plus légers, plus lourds, etc.

Kuretake
L’encre Kuretake Bokujuu

• L’encre. Là aussi, il y a plusieurs marques : Kaimei, Kuretake, Pilot, I-C, etc. L’encre peut avoir une composition différente, être plus ou moins fluide, sécher plus ou moins rapidement, résister à l’eau et/ou à l’alcool, etc.

Papier I-C
Papier I-C en format B4

Le papier. Le papier manga est généralement en format B4 (le format A4 étant utilisé principalement pour les doujinshi). Il a un grammage particulier et des règles en couleur cyan (sauf sur le papier pour illustration) qui disparaissent en photocopie ou scan en noir et blanc.

• Le fude-pen. Ce feutre-pinceau est extrêmement souple et s’utilise pour plusieurs effects de noir (cheveux, armures, arbres, etc).
Il existe en différents modèles (rechargeable, non rechargeable, avec pointe fine ou plus épaisse).

L’application des trames

Une fois les planches encrées, il est temps d’appliquer les trames. Les trames japonaises (dont les marques de bonne qualité sont I-C et Maxon, Deleter étant une marque pas chère mais avec une qualité nettement inférieure) sont constituées d’une feuille adhésive avec une trame imprimée dessus. Ces feuilles peuvent être appliquées et enlevées et servent à rendre les ombres, les textures des vêtements, plusieurs effets et aussi des décors. Le nombre et type de trames utilisées dans un manga dépendent de plusieurs facteurs que nous analyserons dans un prochain article.

Copic Ciao
Les feutres Copic sont très utilisés pour la coloration
La coloration

Il s’agit là du domaine le plus ouvert dans la technique manga. Chaque auteur a ses préférences, mais tous mélangent plusieurs outils dans la création de leurs illustrations, afin d’obtenir le meilleur résultat possible. Une des techniques de coloration les plus utilisées est la coloration avec des feutres (notamment les feutres Copic), mais plusieurs artistes utilisent aussi des aquarelles, des crayons ou des pastels.

porteplumePour résumer, quel matériel faut-il avoir pour dessiner un manga ?
Cela dépend de vos besoins. Si vous ne souhaitez dessiner que des brouillons ou des linearts au crayon, pas la peine d’acheter du matériel japonais. Si vous voulez aller plus loin, vous aurez besoin d’un petit set : plume, porte-plume et encre. Vous pouvez d’abord vous exercer sur du papier normal et ensuite passer au papier manga. Si vous voulez faire des planches, vous pourrez ensuite les enrichir avec des trames. Pour la coloration, plusieurs possibilités s’offrent à vous.

Où trouver ce matériel en France ?

Plusieurs magasins d’art essaient de proposer du matériel japonais, mais ce n’est pas toujours facile de trouver ce dont on a besoin, surtout dans les petites villes. C’est pourquoi notre Académie a créé Manga Tools, un site internet sur lequel vous trouverez tout le matériel de base dont vous aurez besoin, importé directement du Japon. Le site est mis à jour constamment afin de vous proposer une gamme d’outils de plus en plus vaste.

Le personnel de MangaTools